Les retraites et la vraie nature du sarkozysme

Publié le par DA Six-Fours

La sortie de Sarkozy contre Mitterrand et la retraite à 60 ans révèle une fois de plus le vrai visage du sarkozysme. Le PS s'en rend-il compte?

 

Par Bruno Roger-Petit sur Le Post.fr (source Mediapart)


Les socialistes sont confondants de naîveté parfois. La sortie de l'actuel président de la république sur le rôle de François Mitterrand dans l'affaire de la "réforme" des retraites semblent les avoir pris au dépourvu. Ils ont semblé surpris par la violence de la charge, son inanité, et la haine d'eux mêmes qu'elle révèle.

 

Cette accusation du chef de l'Etat contre Mitterrand nous offre la possibilité de réfléchir deux secondes à la nature profond du pouvoir sarkozyste.

 

Il y a deux manières d'analyser la sortie élyséenne contre son prédecesseur.

 

On peut, comme s'y est essayé Thomas Legrand (de France Inter) dans un essai intéressant, considérer que tout cela n'a historiquement aucune importance, que c'est rien qu'un nouveau dérapage d'un président qui nous fait perdre du temps, que ce qu'il dit, ce qu'il fait, ne compte pas, qu'il s'agit juste d'une provocation de plus, et que dans le fond, il ne faut pas y attacher plus de signification que ça. La seule leçon à en tirer, consisterait donc à estimer que le président est incorrigible, et qu'il continue à faire et dire n'importe quoi, déconnecté de toute réalité, et peu importe pourvu qu'il gagne en 2012.

 

Il y a beaucoup de vrai dans cette manière d'expliquer le pouvoir sarkozyste. Mais, c'est insuffisant.

 

Le PS (et d'une manière générale, une bonne partie de l'électorat de la gauche, du centre social-libéral à la gauche du PS) sous estime depuis le début de l'aventure sarkozyste la guerre idéologique que celui-ci mène depuis l'élection de 2007.

 

La sortie contre la retraite à 60 ans instituée par le gouvernement de Pierre Mauroy s'inscrit dans le droit chemin qui est tracé par le sarkozysme depuis trois ans. Ce chemin mène droit à une contre révolution idéologique qui vise à détruire méthodiquement tout l'héritage de 1789 et ses successives avancées (1830,1848, 1905, 1936,1945,1981).

 

Du discours de Latran à la charge contre la retraite à 60 ans, en passant par l'invention des "devoirs" du citoyen, la destruction du droit du travail, les propos de Minc sur les personnes très âgées malades, toute l'action présidentielle, à travers le personnage principal de la pièce et ses avatars médiatiques, vise à détruire cet héritage. Nous nous permettrons donc de renvoyer à la lecture du livre sorti par Mediapart à ce sujet, qui constitue un contre point utile à celui de Thomas Legrand.

 

La méthode sarkozyste est toujours la même: d'abord le verbe qui discrédite, puis l'action qui détruit.

 

Aujourd'hui, c'est la retraite à 60 ans, demain, ce sera le tour du droit du travail. C'est écrit. Il serait temps que le PS prenne conscience de la réalité de cet enjeu. Pour le moment, seul Mélenchon semble l'avoir compris. Et il n'est plus au PS. Ceci doit expliquer cela.

Publié dans Nicolas Sarkozy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article